La petite mère Julie est énervée. Si si ! Elle sait bien que le grand écart (j’essaie de rester souple, même devant un clavier) entre COMMUNAUTARISME et VISIBILITE REPUBLICAINE n’est pas gagné... Et que la société préfère catégoriser que partager. La politique, à mon sens, c’est donner du sens à la valeur de chacun pour que cette valeur serve à tous. Démocratique, non ? Et je m’irrite des bassesses des uns et des petitesses des autres. Les bassesses, on les connaît, il suffit de citer le nom de Christian Vanneste pour avoir une idée de ce qu’est la bêtise. Celui-ci aurait crié, en son temps, haro sur Les Fleurs du mal de Baudelaire, tout hétéro qu’il fut. Il y a donc des esprits étroits. Et des combats ridicules et perdus. Les petitesses, on les a autour de soi : le petit ghetto des Gays (d’ailleurs pas si petit que ça !) fourmille de fiertés repliées. On se fait des petits plaisirs (Ma copine Chantal me disait que ce Blog allait devenir mon petit plaisir masturbatoire, elle en a de bonne !) dans notre communauté avantageusement pensante. J’ai lu quelque part que la firme Sony prépare un label pour les artistes, les musiciens Gay. Il doit s’appeler « Music With A Twist » (on notera la ringardise de cette appellation, et comme je n’ai pas fait Anglais première langue (dans mon milieu, les filles, on faisait Allemand et Latin, l’Anglais c’était vulgaire), j’ai un peu de mal à trouver un équivalent traduit qui sonne bien... Que serait une société qui organiserait une « Politique With A Twist » ?

            Je m’énerve autant sur l’hypocrite que sur le militant. Comprendra qui veut. J’en connais déjà un qui ne comprend rien à la vie. J’ai cité son nom plus haut. Oublions-le.

droite032 Julie S-Co