(fable)

Elle avait l"habitude de traîner au rayon surgelés de Monoprix. Là, on voyait des grand-mères soignées se grandir pour atteindre, la porte froide entrouverte, un petit paquet de haricots beurre, une tourte aux champignons, la boîte de persil Darégal, un vrai régal. On voyait des hordes d'étudiants voter des AG culinaires pour choisir une pizza. On voyait des catogans-jupes écossaises scruter les dates de péremption, lunettes aux naseaux. Elle imaginait la succulence des repas, le soir, entre amis, entre potes ou dans la chaleur délicieuse du bénédicité familial. Elle grattait les poches de son pardessus (quelques pièces y tintaient) et c'était une musique qui donnait faim.
Allez, faut pas rester là Mâme Denise, disait le gentil gérant du Monoprix. C'est pas l'endroit le plus chaud du magasin ! Encore un peu, suppliait Madame Denise, je n'ai pas encore vu passer la si jolie jeune fille de l'autre jour.
Madame Denise, mendigote et lesbienne, espérait, dans ses vêtements puants, passer une bonne nuit, dans son froid coutumier en rêvant de la belle brune qui lui plaisait. Elle espérait. Mais la belle brune faisait méchamment ses courses à Auchan...

insolite_218 Julie

Google, au boulot : les fables de Julie - Denise, mendigote et lesbienne